Les produits dérivés à la bourse

Posté le 15 septembre 2008 dans Rouspétages par Did

La dernière fois que j'ai parlé de la bourse, plus précisément du pétrole, j'ai terminais sur « Effrayant? Oui, mais il y a pire! Je vous en parlerai lors de la prochaine panique. » et aujourd'hui ce jour est venu. :-|

Ce matin on a appris que la banque américaine Lehman Brothers se met en faillite, incapable de faire face aux pertes subit à cause de la crise du crédit. :-o

La banque comptait jusqu'à environ 20 000 employés avant la crise des "subprimes". Aucun repreneur de s'est manifesté car l'étendue des pertes à venir est inconnu et peut-être encore plus grand que les pertes déjà subies.

Action Lehman Brothers

Bank of America avait été évoqué, mais a préféré racheter une autre banque en perdition, Merrill Lynch, pour 50 milliards de dollars, prenant ainsi la place de plus grosse banque mondiale.

lehman-brothersL'État américain n'offrait cette fois aucune garantie sur les pertes. Après avoir déboursé 29 milliards $ pour aider au rachat en urgence de Bear Stearns par JPMorgan Chase en mars et prévu jusqu'à 200 milliards la semaine dernière pour maintenir sur pied les organismes de refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac, le gouvernement américain a décidé de ne plus mettre la main au portefeuille. :-|

-

Il peut paraitre difficile d'imaginer qu'une banque possédant des milliards fasse faillite à la première crise venue. En fait, tout est de la faute des produits dérivés, et c'est là que je voulais en venir.

Aujourd'hui il existe de plus en plus de produits en bourse qui permettent de démultiplier les effets des variations. Et même de les "jouer" à contre-sens.

Exemple: je pressens que l'action Lehman Brothers va beaucoup baisser, je peux acheter des produits qui prendront de la valeur quand l'action baissera. Et même pourront augmenter de plusieurs centaines de pour-cent!

Cet effet de levier pourrait permettre à quelqu'un doté de pouvoirs de voyance de gagner des milliers d'euro avec une mise de départ ridicule.

En réalité, c'est la banque émettrice de ces produits qui prend des positions sur l'action (ou autre: prix du pétrole, or, cuivre, palladium, blé, maïs, café, cacao, jus d'orange... tout ce qui est négocié en bourse!). :-o

-

Suivant le type de produit, la perte peut être limitée ou aussi représenter plusieurs centaines de pour-cent. Si vous aimez les sensations fortes, c'est mieux que le casino! :-p

Le problème est qu'actuellement les produits dérivés basés sur les actions représentent plus d'argent que les actions achetées directement!

Or avec des sommes relativement faibles, on peut donc, avec ces produits dérivés, faire varier les actions sous-jacentes énormément. C'est ce que j'expliquais au sujet du pétrole, la hausse n'était fondée sur aucun élément solide. Seulement des investisseurs qui se chargeaient en produits basés sur le pétrole pour suivre le mouvement.

Du coup, on se rend compte avec un peu de recul que la valeur des actions est toujours exagérées, soit à la hausse, soit à la baisse. Ces produits démultiplient des variations insignifiantes et transforment en krach des petites baisses.

-

Au départ, les actions ont été créées pour permettre aux entreprises de vendre une partie d'elle-mêmes, de manière à récupérer de l'argent. Elles appartiennent ainsi à des milliers de propriétaires différents qui peuvent exprimer leur voix lors des assemblées générales.

On peut s'interroger sur ce qu'il se passera le jour où tout le monde préfèrera les produits dérivés plutôt qu'acheter les actions directement. Ce seront des produits basés sur du vide, et à l'heure actuelle on en est déjà pas loin.

La bourse est devenue le plus grand casino du monde.

Certaines banques viennent d'apprendre à leurs dépens (et à ceux de leurs milliers d'employés) une règle qu'on apprend aux débutants en bourse: il faut toujours savoir ce qu'il y a dans les produits qu'on achète et ne placer dans les produits dérivés avec un fort effet de levier que de l'argent qu'on est prêt à perdre.

Mais quand on travaille dans une banque, on place seulement l'argent des autres, alors on prend moins de précautions! :-p Là je suis obligé de pointer vers un article d'Adicie «le casino de la finance» avec lequel je suis aussi d'accord que sur le pétrole.

-

La seule chose réconfortante: depuis un an de nombreux petits investisseurs expérimentés (il y en a de plus en plus grâce à Internet) ont donnés des leçons aux plus grandes banques de la planète. ;-)

2 Réponse pour 'Les produits dérivés à la bourse'

Suivre les commentaires avec RSS ou faire un TrackBack pour 'Les produits dérivés à la bourse'.

  1. Le 15 septembre 2008 à 23:23, par Le Pecq (saintger.com/Le-Pecq)

    Ca dérape vraiment la finance en ce moment ! Faillite après faillite, les banques récoltent ce qu'elles ont semées de toute facon

  2. Le 23 juin 2009 à 12:42, par immobilier (novemo.com)

    Effectivement, les banques récoltent en quelque sorte ce qu'elles ont semé.
    La croissance ne peut être infinie. Certains pensaient pourtant que le marché serait toujours plus fort et plus rentable.

Poster un commentaire

:-) ;-) :-D :-? :'( 8O :-| :-p :D Code XHTML autorisé.